RADIOS DE DÉCOUVERTE MUSICALE

Présentation

La prise en considération des médias musicaux, et notamment les radios alternatives associatives, au sein de l’écosystème musical et plus spécifiquement des musiques actuelles, est tardive et encore inaboutie, alors même qu’ils en sont un maillon essentiel.

Cependant, les médias musicaux voient progressivement leur rôle dans la valorisation de l’émergence et de la diversité musicale mieux compris et reconnu. Plus encore dans le contexte de la crise sanitaire, ils sont apparus comme un levier essentiel à la reprise d’activité et à la visibilité des productions indépendantes génératrice de droits (droits d’auteur, droits voisins, rémunération équitable). En parallèle, ayant depuis toujours été conçus comme des espaces d’expression citoyens à la fois divers et ouverts, les radios associatives alternatives ont été précurseurs dans l’expérimentation et la mise en application des droits culturels des personnes, bien avant l’inclusion formelle de ceux-ci dans le corpus législatif.

Aujourd’hui, malgré de réelles avancées et des coopérations fertiles soutenues dans le cadre du contrat de filière, leurs réalités de fonctionnement, notamment économiques, restent souvent encore méconnues du reste de la filière, mais aussi, d’une grande partie des partenaires publics.

Il convient donc de les soutenir à plusieurs titres, afin de consolider leur rôle au cœur de la stratégie collective de relance :

• soutenir les radios de découverte musicale en tant que relais de diffusion précurseurs, notamment de l’émergence et de la diversité musicale en région, et par ce biais renforcer leur capacité à mettre en pratique au quotidien les droits culturels des personnes,

• consolider l’intégration de ces structures au sein de la filière musicale régionale et leur reconnaissance en tant que partenaires clés du développement des projets artistiques, mais aussi de la valorisation des autres typologies d’acteurs (producteurs et éditeurs phonographiques [labels indépendants], salles, festivals, écoles de musique…),

• mieux comprendre la diversité de ces structures (activités, organisation des compétences, modèle économique, appropriation des enjeux numériques…), ainsi que les spécificités de leurs liens aux territoires et aux personnes, ceci notamment afin d’explorer les évolutions potentielles des dispositifs de droit commun en leur faveur (règlement d’intervention, conventionnement…).

Les partenaires du Fonds créatif Nouvelle-Aquitaine souhaitent ainsi permettre aux radios de renforcer la visibilité et la diffusion des productions indépendantes régionales (adaptation de la grille des programmes ou de diffusion, production de contenus spécifiques, partenariats avec des acteurs de la filière…).

Pour ce faire, cet appel à projets vise à soutenir des projets répondant au moins à un des axes prioritaires suivants :

• expérimenter ou pérenniser de nouvelles formes de coopérations et/ou de productions de contenus autour de la musique et des variétés en lien avec les autres acteurs de la filière régionale,

• participer à la création ou à la consolidation en interne des moyens humains et/ou matériels pérennes dédiés à leur fonction de repérage, diffusion et valorisation de la scène musicale notamment émergente,

• questionner la mobilisation et l’articulation des compétences au sein des structures, en particulier autour des activités liées à la découverte et à la diversité musicale (repérage, programmation…) et linguistique (langues régionales basque, occitane, poitevine-santongeaise) : forte implication bénévole à mettre en parallèle de ressources  humaines salariées souvent limitées voire inexistantes,

• initier des réflexions ou actions liées à l’adaptation du média radio aux nouveaux usages numériques, tant de la part du public que des partenaires et producteurs de contenus,

• renforcer leur capacité de mise en œuvre concrète de l’expression des droits culturels sur le territoire néo-aquitain.

Par ailleurs, plusieurs démarches peuvent  venir compléter cette stratégie :

• mettre en place des actions spécifiques visant à améliorer le dialogue avec leurs partenaires publics et privés,

• expérimenter des démarches visant à consolider leur modèle économique ou à diversifier leurs activités,

• encourager la conduite de travaux visant à mesurer et documenter leur utilité sociale,

• contribuer à la politique d’investissement des radios associatives indépendantes, afin  de renforcer leurs capacités autour de la découverte et de la diversité musicales.

 

Projets cibles

Les lauréats de cet appel à projets devront justifier, au moment du rapport d’activité, de leur contribution à la découverte et à la diversité musicale, notamment via les indicateurs suivants, issus du régime dérogatoire en place depuis la délibération no 2018-14 du 25 avril 2018 de l’Arcom :


• radios spécialisées dans la mise en valeur du patrimoine musical :

o diffusion d’au moins 300 titres différents sur un mois donné,
o dont la moitié au moins sont de nouvelles productions ;


• radios spécialisées dans la découverte musicale :

o diffusion d’au moins 1 000 titres différents sur un mois donné,
o dont la moitié au moins sont de nouvelles productions. Pour l’ensemble des radios, chacun des titres n’est pas diffusé plus de 100 fois sur cette période. Par ailleurs, les lauréats devront être attentifs à consacrer une part significative de leur diffusion aux titres produits sur le territoire régional.

 

Modalités de réponse

Pour répondre à cet appel à projets, les candidats doivent compléter un formulaire avant le 19 mai 2022. Ce formulaire est à déposer sur la plateforme du Centre national de la musique :

NB : Toute demande d’aide doit être faite via votre espace personnel « mon espace ». La création de votre compte sur « mon espace » nécessite un délai de traitement de 72h de la part de nos équipes. Veillez à anticiper votre création de compte en amont des échéances indiquées.

Confidentialité : les réponses et documents transmis dans le cadre de cet appel à projets seront soumis à la plus stricte confidentialité et ne seront communiqués que dans le cadre du comité stratégique et du comité d’attribution mis en place.

Foire aux questions

Est-il obligatoire de s’affilier au CNM pour postuler ?

Oui, comme pour tous les autres appels à projets, l’affiliation au CNM est désormais obligatoire. La structure doit avoir déposé une demande d’affiliation ou être affiliée pour accéder au dépôt du dossier. Seuls les dossiers des structures dont l’affiliation est effective à la date du comité d’attribution seront recevables.

Qu’entend-on par « part significative » d’artistes régionaux ?

Il n’y a pas de pourcentage figé, le comité d’attribution appréciera l’effort de mise en valeur des artistes du territoire et/ou des artistes présents dans les catalogues des producteurs et éditeurs phonographiques indépendants de Nouvelle-Aquitaine.

Une radio qui émet de manière ponctuelle en hertzien et de manière permanente en ligne est-elle éligible à cet appel à projets ?

Oui, à partir du moment où elle remplit également les autres critères mentionnés dans l’appel à projets.

Qu’entend-on par « la moitié des titres diffusés sont des nouvelles productions » ?

Il n’y a pas de date précise pour ce critère, on parle ici de titres « récents », sortis depuis environ un an maximum.

Quelle part des salaires peut être financée par cet appel à projets ?

La part des salaires dédiée au projet.